Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/11/2009

La République

 

Etymologiquement du latin res publica, chose publique, la république est un système politique dans lequel l'État doit servir le "bien commun" et non des intérêts privés comme dans la monarchie. La souveraineté appartient au peuple qui exerce le pouvoir politique directement ou par l'intermédiaire de représentants élus. Ceux-ci reçoivent des mandats pour une période déterminée et sont responsables devant la nation. Par ses représentants, le peuple est la source de la loi. L’autorité de l'Etat s’exerce par la loi sur des individus libres et égaux. (définition du site Internet « La Toupie »)

 

Cette définition me paraît être assez intéressante et surtout révélatrice des dérives actuelles, que nous ne pouvons que déplorer au quotidien.

 

En effet, nous assistons à la finalisation – parce que nous avons déjà dépassé l'étape de la mise en place – d'une organisation visant la protection et l'enrichissement de quelques nantis, et donc visant à servir des intérêts privés. Le peuple est dépossédé de sa souveraineté, les représentants élus se dégagent de toute responsabilité vis-à-vis de ce peuple et la loi puise sa source dans les idées et la volonté de quelques hommes voire d'un seul: notre actuel président de la république. Quant à la liberté des individus, elle s'amenuise de jour en jour et l'égalité n'est plus qu'un lointain souvenir d'une époque révolue...

 

Par cette définition et son analyse succincte, il n'est pas difficile de voir l'ampleur du malaise, qui n'est sans égale à l'ampleur de ce qu'il va falloir faire pour le résoudre. Il n'est jamais trop tard, certes, mais chaque jour qui passe ancre le mal de façon de plus en plus profonde et renforce ses racines. Pour remettre en place une organisation qui respecte les valeurs de la république et la démocratie cela prendra désormais des années voire des décennies et croire l'inverse ne serait qu'un leurre...

 

Ces valeurs de la république, nous tous les connaissons, puisque nombreux sont les frontons qui les clament: Liberté, Egalité, Fraternité. Nous pouvons y ajouter sans ambages: Humanisme et Ethique.

 

Ces 5 valeurs doivent constituer les pierres fondamentales de la reconstruction de la république de demain, et c'est ce que nous devons porter en tant que démocrates. Notre réforme, c'est celle-là, et elle vient du terme étymologique de ce même mot: réforme, de « re formare », i.e. revenir aux valeurs originelles constitutives de la république.

 

Car rien ne pourra se faire sans le respect, de prime abord, de ces valeurs.

 

 

Les commentaires sont fermés.