Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/02/2010

Retour sur les élections régionales et le MoDem en Languedoc Roussillon

 

UN GRAVE ECHEC DE LA DEMOCRATIE

 

Comment cela a-t-il pu arriver? Qui aurait pu prédire qu'au sein du parti qui se veut le plus démocrate on puisse arriver à un tel fiasco? Comment un tel parti qui se revendique humaniste, car tel est son projet et son axe politique, n'a pu empêcher un tel échec de la démocratie et de l'humanisme, en son sein propre?

 

Il va falloir répondre à ses questions, et si ce n'est pas aujourd'hui, cela devra être demain et pas ultérieurement, car il en va de la survie même de Mouvement Démocrate et de toutes les valeurs qu'il veut porter haut et fort au plus grand nombre de citoyens.

Aujourd'hui, tout peut être remis en cause, et notamment la capacité et l'aptitude de ce parti et de ses responsables à porter les valeurs humanistes et égalitaires revendiquées, le projet d'une démocratie nouvelle, écologique et éthique et la façon de faire de la politique « autrement » et notamment en étant plus proche de la vie et des préoccupations quotidiennes de chaque citoyen.

 

Il convient néanmoins de rester pragmatique et d'observer ce qui se passe ailleurs. En effet, quel autre parti présente les valeurs humanistes, sociales et égalitaires, comme le MoDem? Dans l'échiquier politique, quel choix y a-t-il? Des idées sectaires, racistes, ségrégationnistes et ultra-sécuritaires contraignant tout espace de liberté des partis d'extrême droite? Reprises par nos partis de la droite majoritaire, mâtinées de libéralisme économique qui fait la part belle à quelques nantis au détriment du plus grand nombre? Des idées, utilisant les théories des grandes peurs, afin d'affoler la population sur un état d'urgence écologique et occultant sciemment un grand nombre d'autres priorités, notamment sociales et de justice... ou reprenant les grandes théories d'un extrêmisme de gauche voire de l'anarchisme, telles que sont celles de la plupart des mouvements écologistes et notamment les Verts? Des idées se focalisant exclusivement sur les problèmes sociaux, évitant de présenter le contexte économique réel empêchant leur application concrète, telles que celles revendiquées par le NPA ou le Front de Gauche? Idées reprises par le Parti Socialiste, essayant de faire un mix avec des théories économiques humanistes et écologistes, reprenant des idées du MoDem comme des écologistes, mais restant à un état d'utopisme visant à se positionner uniquement en opposition au gouvernement, sans réel projet concret et sans aucune cohésion interne ? Et que dire des autres partis centristes qui n'ont de centrisme que le nom, qui font partie intégrante de la majorité présidentielle et de son système et de ses idées, et qui revendiquent une pseudo-indépendance et des pseudos-idées mais qui ne servent qu'à flatter certains égos et dont personne n'est dupe ?

Comme on le voit, le seul parti présentant un projet concret, applicable au quotidien, avec la prise en compte réelle des problèmes graves économiques et sociaux actuels, proposant un nouveau système économique basé sur l'humain et non pas exclusivement sur le marché et les bourses, et remettant le citoyen au coeur de l'organisation politique du pays, est et reste le Mouvement Démocrate.

 

Ceci étant dit, il faut prendre en compte ce qui s'est passé dans le Languedoc Roussillon pour les Régionales. Je dis bien « ce qui s'est passé » et non pas ce qui se passe, car concernant le Mouvement Démocrate, mais aussi ses idées et ses valeurs, les élections régionales sont finies, le combat démocratique du Mouvement Démocrate en région achevé avant d'avoir eu vraiment lieu et le score ne peut être autre qu'un zéro pointé.

Zéro: Ce sera le nombre d'élus du MoDem dans la région, puisqu'aucune liste n'est présentée.

Zéro: Ce sera le nombre de suffrages exprimés en faveur du Modem, de facto!

Zéro: Ce sera le nombre de personnes qui pourront montrer, et notamment dans le plus pur respect de la démocratie, que ce qu'ils veulent pour notre région, ce sont les valeurs et les idées du MoDem.

Zéro: C'est aussi le niveau de motivation de tous les militants du Mouvement Démocrate de la région, après des mois de travail acharné afin de défendre et porter nos valeurs.

Zéro: C'est enfin la note qu'il faut attribuer à tous ceux, responsables ou irresponsables du MoDem, en région ou au niveau national, qui ont conduit à ce fiasco, à cet échec qui est avant tout celui de la démocratie.

 

L'idée que nos idées, nos valeurs et notre programme n'ont aucun moyen démocratique d'être portés, d'être expliqués, et débattus, est intolérable.

L'idée de savoir qu'il n'y aura aucune possibilité dans notre région de pouvoir mettre en place de façon concrète des projets fidèles à ces idées et nos valeurs, ou bien de s'associer à d'autres projets les enrichissant ou les amendant de nos propres idées, l'est également, intolérable!

 

L'autre sentiment qui m'anime est celui d'une réelle injustice: Injuste pour la démocratie avec aucune représentation régionale du Mouvement Démocrate, injuste pour nos électeurs qui croient en nos valeurs, qui croient en nous, injuste pour tous les militants dont le but est justement d'augmenter notre représentativité.

 

Alors que nous vivons une époque où les valeurs démocratiques et républicaines les plus fondamentales ont tendance à se désagréger voire disparaître, le Mouvement Démocrate se retrouve dans une situation favorisant ce délabrement de la démocratie, en totale opposition à ses propres valeurs. Et, de cela, il (le Mouvement Démocrate) en est le propre instigateur et le seul responsable.

Mais cela n'est pas si simple. Il serait facile de fustiger ainsi une personne morale! Mais nous ne sommes pas des machines, le Mouvement Démocrate n'est pas composé de robots mais bien de femmes et d'hommes. Et il serait trop facile – et encore une fois injuste - d'occulter les raisons de cet échec: La responsabilité en incombe à plusieurs femmes et hommes du Mouvement Démocrate, aux égos souvent surdimensionnés, et ils devront porter cette responsabilité et assumer les conséquences désastreuses de leurs actes.

 

 

Quant à nous, élus, militants ou autres sympathisants du Mouvement Démocrate en région Languedoc Roussillon, qui nous sommes toujours battus pour nos idées et nos valeurs et non pas pour satisfaire nos propres égos, ne se présentent désormais pas plusieurs alternatives. Le choix est double:

  1. Fuir et quitter le navire. Mais pour quoi? Et pour qui? Après des années de combat politique dans le sens des valeurs du Mouvement Démocrate, comment cela peut-il être possible d'aller embrasser des idées opposées, hormis dans le but de satisfaire un égo ou une vengeance personnelle? A moins que le dégoût soit tellement profond que la volonté à se battre pour nos valeurs n'ait totalement disparue...
  2. Reconstruire, … et re-former (au sens étymologique du latin re-formare), c'est-à-dire revenir au sens même de ce qui a fait la force de notre Mouvement il n'y a pas si longtemps.

Mon choix porte sans hésitation aucune sur cette deuxième option. Néanmoins, la tâche sera ardue, et bien plus difficile que celle qui a été notre moteur ces derniers mois et dernières années. Le Mouvement Démocrate est aujourd'hui en Languedoc Roussillon exsangue, moribond, et sa reconstruction ne porte pas sur un renforcement de quelques pierres mais, à peu de choses près, sur une reconstruction totale à partir de restes qui ne sont que cendres.... Et cette fois-ci, il conviendra de s'appuyer sur les femmes et les hommes qui, par leur charisme, leur esprit d'équipe, de cohésion, d'altruisme et de dénégation pourront mener à bien ce grand, bel et nouveau projet porteur d'un véritable esprit démocratique et humaniste.

 

Dans les heures, les jours et les mois à venir, ce sera mon combat, mais ce sera aussi le vôtre et le nôtre car le but n'est rien moins que de sauvegarder la démocratie et rétablir l'humain au centre du système économique et politique.